Les nouvelles tendances du tourisme – podcast #4

S’abonner au podcast :

Partager l’article :

Dans cet épisode nous parlons des nouveaux acteurs et des nouvelles tendances du tourisme.

La micro aventure est-elle une mode passagère ou une tendance de fond ? A t on suffisamment creusé les niches dans les marchés existants ? Les acteurs du tourisme ont-ils besoin de se réinventer, ou est-ce que les nouveautés viendront de startupers venant d’autres horizons ?
Va-t-on voyager dans l’espace ou depuis sa chambre avec un masque de réalité virtuelle et augmentée ?
Notre invité principal est Laurent Queige, directeur du Welcome City Lab, il va nous donner sa vision des tendances du tourisme.

Nous avons reçu lors de ce podcast Laurent Queige, directeur du Welcome City Lab. Il évoque ExploreParis.com, le film vanlife des coflocs ainsi que son cahier annuel des tendance. Les deux startups dont Laurent parle sont Bak et Nocto.
Interviennent également Maxime Besnier de My Local Fixer, Guillaume Noel de Captain Wild et Eleonore Lluna de Time On Target.
Olivier Charmes et Aurore Guinet ont réalisé les différentes interviews de ce podcast.

2 Commentaires

  1. christophe sentuc

    Merci pour ce PodCast qui ne manque pas de relever d’intéressantes questions; mais il me semblerait bon de reprendre certaines déclarations de ce Monsieur Queige qui oublie certaines considérations notamment dans sa position vis à vis de la demande et de l’offre liées au tourisme “désintermédié”…..il paraît ne pas avoir réalisé que sans porter tord à un nombre de plus en plus important de professionnels francais, la désintermédiation dans le tourisme bénéficie des vertus du circuit court* dans le commerce alimentaire.
    *définition : Un circuit de distribution est court lorsque, au plus, deux intermédiaires sont mobilisés entre le producteur et le consommateur

    Réponse
    • Olivier Charmes

      Merci pour votre commentaire, même si je ne suis pas certain de comprendre là où vous voulez en venir… Intermédié ou non, il appartient à chacun de décider de la manière dont il construit son offre, n’est-ce pas ? Et au client de décider s’il souhaite acheter en circuit court, ou non.

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *